Atelier saint André La dorure à l'eau
it




La conservation des icônes

Le passage d'une icône provenant d'un pays froid et humide dans nos appartements chauds et secs ne va pas sans conséquences du point de vue de sa conservation. Certaines précautions élémentaires s'imposent:

  • placer l'icône hors de portée des rayons directs du soleil.
  • l'éloigner d'une source permanente de chaleur - radiateur, cheminée
  • l'éloigner aussi raisonnablement des bougies et des lampes à huile durant le culte
  • aérer régulièrement la pièce dans laquelle elle est suspendue ou exposée
  • la tenir hors de portée de la poussière et d'autres pollutions extérieures.
  • surveiller régulièrement son évolution et observer également le dos de la planche pour guetter en particulier l'apparition éventuelle du déboîtage des traverses, du disjointement des planches de bois, d'humidité, de moisissures ou d'attaques d'insectes.


Icône à restaurer Les principes d'une bonne restauration
  • L'intervention du restaurateur sera respectueuse - il s'agit d'un objet sacré! - et "minimaliste". Son action restera limitée strictement aux zones dégradées sans aucune intervention sur les parties saines de l'icône..
  • Les produits de restauration seront choisis en accord avec la technique traditionnelle de l'icône: bois, toile, levkas, tempéra et vernis. Des retouches de couleurs à l'huile ou à l'acrylique sur une peinture à tempéra peuvent mener au désastre.
  • Le travail de restauration doit demeurer discrètement perceptible une fois le travail achevé et réversible sans risquer d'endommager le reste de la peinture.


L'analyse de l'oeuvre

Avant de procéder à quelque intervention que ce soit, le restaurateur doit procéder à une analyse approfondie de l'icône. Pour poser un diagnostic de l'état de conservation et planifier les travaux de restauration nécessaires, il doit connaître les éléments suivants:
  • L'essence des bois utilisés (planche et traverses).
  • Les colles utilisées dans la confection de la planche.
  • Le type de vernis qui recouvre l'icône. L'huile de lin cuite est le vernis le plus courant mais des résines naturelles (Damar, mastic, copal, ambre, sandaraque, élémi etc.) font parfois partie du mélange et elles détermineront le choix du mélange de solvants pour le nettoyage, l'allègement du vernis ou le dévernissage.
  • La gamme de pigments utilisés et leur liant - dans la grande majorité du jaune d'oeuf mais aussi de l'huile (fin du XIX ème et époque soviétique).

En cas de doute pour poser un diagnostic, le restaurateur aura recours à des moyens d'investigation modernes (microscope binoculaire, ultra-violets etc.)


La restauration de la planche

Le bon état de la planche de bois est la garantie de la pérennité de l'icône. Divers travaux de menuiserie peuvent être réalisés:

  • Le remplacement partiel ou complet de la planche
  • Le remplacement des traverses
  • la reconstruction partielle du bois de la planche
  • le collage des planches disjointes
  • le traitement insecticide ou fongicide du bois
  • l'extraction de clous ou d'autres éléments métalliques rouillés

Outre le cintrage de la planche pour lequel il vaut mieux ne rien faire, il est encore possible de réparer le levkas qui parfois s'écaille, se désagrège ou se décolle.

réparation du levkas


Les salissures, la noirceur, l'oxydation

Il s'avère parfois nécessaire d'intervenir sur une icône devenue difficile à lire et dont le sujet même ou certains détails se devinent à peine. Dans ce cas le dévernissage complet n'est pas toujours recommandé. Un patient travail de nettoyage au moyen d'une solution dégraissante peut être suffisante. Dans le cas d'une crasse persistante et tenace le restaurateur procèdera à l'allègement de l'olifa. Il utilisera pour cela un solvant volatile qui pénètre le moins possible la couche picturale de manière à éviter son ramollissement, son gonflement et la modification de sa structure moléculaire.


Icône jaunie


A propos du jaunissement des icônes

Le dévernissage systématique de l'icône en restauration est un abus car le peintre expérimenté applique ses couleurs en tenant compte des propriétés du vernis qui achèvera l'exécution de son oeuvre. Il adapte la force de ses éclaircissements, le degré de transparence de ses couleurs aux propriétés de son vernis final. Il considère par avance que ses couleurs vieilliront avec le vernis et qu'un certain degré de jaunissement fait partie du processus normal de l'écriture de l'icône.

Le dévernissage

Le dévernissage complet de l'icône est envisagé lorsque le vernis est trop usé par le temps ou qu'il ne reste que très peu de zones intactes sur l'ensemble de sa surface. D'autre part une oxydation trop forte du vernis ou une incrustation profonde de la saleté peut conduire également au dévernissage complet de l'icône. Le choix du mélange de solvants s'effectuera en tenant compte du fait qu'il s'agit de dissoudre la couche d'olifa sans endommager la couche picturale.


La peinture

Une attention toute particulière doit être portée aux retouches de la peinture. Le restaurateur choisira les pigments utilisés à l'époque de l'écriture de l'icône et s'appliquera à imiter le plus fidèlement possible le style et le coup de pinceau de l'auteur sans déborder sur les parties saines de l'icône.



Restauration d'une icône russe de Sainte Barbara


Etat initial de l'icône


Etat initial de l'icône: décollement et effritement du levkas (humidité). Lacunes de peinture. Couche picturale écaillée principalement sur la zone de la masse des cheveux..
Retouches de restauration
Restauration en cours: assainissement de la couche de levkas et masticage.

Retouches mimétiques de tempéra et vernis Icône restaurée


Le re-vernissage

La reprise du vernissage final se fera au moyen des produits originaux (ici par de l'olifa)


Bibliographie technique
  • "La restauration des icônes: recommandations méthodiques" M. B. Naumova de l'Institut Grabar de Moscou, 1993 (en russe)
  • "Les icônes" A Kractchenko - A Utkina. Moscou 1993 (en russe)




Accueil / La restauration de l'icône
P. Grall © ASA 2000 - 2012 Tous droits réservés.